vendredi 5 août 2011

Petite philosophie du massage.

Un temps d'arrêt, de décodage de ma pratique du massage. Quelques réflexions éveillées notamment lors de la lecture du dernier livre de François Julien, philosophe à la croisée de la culture occidentale et de la philosophie chinoise.

Le massage, une rencontre et un art de vivre.

Le massage est une rencontre subtile de deux personnes, subtile car à la fois dans la différence et dans l'identique. A première vue, l'un donne et l'autre reçoit, mais en réalité, il s'agit d'un échange, d'un dialogue. A première vue, l'un travaille sur le corps de l'autre mais en réalité, il y a rencontre peau à peau. A première vue, l'un se concentre et l'autre se détend, mais en réalité les deux vivent intensément la concentration sur l'instant présent, localisé dans le toucher, chacun en contact intime avec lui-même, loin des tensions du quotidien. Il y a connivence, co-existence.


Pour le masseur, l'expérience de la rencontre du corps de l'autre est étonnante et enrichissante. Le massage amène à connaître l'autre de près, dans le détail de son corps, au-delà de ce que la personne aime ou souhaite montrer d'elle-même, au delà de l'image positive ou négative qu'elle a d'elle-même (toujours un beau mélange des deux, d'ailleurs). Dans une démarche de reconnaissance, d'acceptation, de respect, dans une rencontre de l'essence au-delà et au travers de l'apparence. Une manière d'accompagner vers l'amour de soi, cet être imparfait mais plein de beautés et de promesses de vie. Une rencontre avec le corps "essentiel" et avec le corps "enfant" - je suis toujours admiratif de l'expression qui se lit sur le visage de la personne massée et qui rappelle son visage d'enfant -.

Au cœur des souffrances, des défenses, des tensions, des refus...

Le massage est une rencontre globale, et donc globalisante, restauratrice de l'identité corporelle et personnelle. Avec la peau, les muscles, les viscères, les liquides et les énergies en circulation dans le corps, avec les émotions, les sentiments, les expressions .... Au travers des sens ( sensations du toucher accompagnées d'odeurs, de sons, d'images...) ... Rythmée par la respiration.

Par le massage, la personne massée se libère de la présence envahissante d'hier (le poids du passé) et de demain (l'inquiétude de l'avenir) pour se centrer sur l'instant présent, cet instant du toucher de la main du masseur sur chaque "lieu" de son corps, de son être, tout en gardant la conscience de la globalité de sa personne. Cet ancrage dans le présent est d'autant plus fort si le masseur alterne des touchers très localisés et des effleurages sur l'ensemble du corps, s'il veille aussi à ne jamais lâcher le contact pour ne pas interrompre l'instant.

C'est bien de cultiver la mémoire du passé et de résoudre le vécu qui laisse des traces douloureuses en nous, c'est bien de construire l'avenir, d'espérer de se projeter. Mais vivre est impossible, insipide, si nous ne nous ancrons pas dans l'instant. Vivre, c'est ici et maintenant. L'instant du frisson, du plaisir, du bien-être, d'être.

C'est la raison pour laquelle, aussi, le massage est un art. Le propre de l'art est d'être un geste tendant à la perfection de la présence, de l'instant. Le massage est une danse autour du corps de l'autre, danse avec tout l'être. Le toucher cherche le geste précis, exact, fluide, souple comme la touche du peintre sur la toile. Un corps qui danse autour d'un corps qui vibre. Un être qui vibre au contact d'un être qui danse, tous deux totalement présents et ancrés dans l'instant. Une alchimie qui contient sa part de mystère.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire